Les zones de navigation (Plan d’eau)

Zone 1
Plan d’eau intérieur où la température de l’eau ne compromet pas la sécurité (plus de 15° C). Navigation en eaux protégées; très peu ou pas de courants marins. La vitesse du vent étant limité, les vents causent rarement des vagues de dimension imposante. La proximité de la civilisation facilite le ravitaillement, les communications, les arrêts d’urgence et les secours. Plan d’eau nécessitant peu d’habiletés particulières, les accostages demeurent très faciles.

Zone 2
Eaux partiellement protégées avec exposition minimale à modérée aux vents et aux courants (1 à 4 nœuds). Présence possible de marée. La température de l’eau n’incite pas à la baignade (eau froide, 8 à 15° C). Les moyens de télécommunications autres que la radio VHF (ex. téléphone cellulaire) sont moins fiables, mais l’assistance en cas d’urgence est facilement accessible. La côte est habitée de façon inégale. Plan d’eau requérant les manœuvres de pagaie de base. Accostages souvent faciles.

Zone 3
Plan d’eau de grande surface. Fetch important pouvant générer des vents forts, une houle importante et des zones de surf rendant l’accostage difficile. Présence de courants marins (plus de 4 nœuds) complexifiés par l’action des marées. L’eau y est très froide (moins de 8° C) en permanence et pose un problème à la survie en cas de dessalage. L’assistance en cas d’urgence peut prendre un certain temps même si les télécommunications par radio VHF ne posent pas de problème. La région côtière est peu habitée. Plan d’eau requérant une bonne maîtrise des techniques de pagaies, de récupération et de navigation.

Zone 4
Mer tumultueuse avec des courants possiblement très forts. Zone propice à des vents très puissants générant une houle importante et du surf, ce qui rend les accostages difficiles. La température de l’eau (5° à -2° C) devient un risque majeur aggravé par la présence possible de glace. Seules les télécommunications par satellite sont fiables. Les secours extérieurs sont presque inexistants. La région côtière est très accidentée et inhabitée. Plan d’eau requérant une très bonne maîtrise de son embarcation, des techniques de navigation, tout en ayant un haut niveau d’autonomie. Les manœuvres de récupération doivent être très bien rodées, l’esquimautage devient souvent la seule alternative viable !